AccueilNotre structureActions de la MAAMCafés citoyens Quand faut-il baisser le son ?

En recherche de financements, de partenariats ? La MAAM et le Mouvement associatif de Picardie vous proposent un moteur de recherche simple d'utilisation.

C'est par ici !

MAAM
12 rue Frédéric Petit
80000 AMIENS

Tél. : 03 22 92 50 59
Fax : 03 22 92 89 46

contact@maam.fr


Agrandir le plan

  • Envoyer à un ami
  • Imprimer cette page

Quand faut-il baisser le son ?

Retour sur le Café citoyen du 11 mars 2016, dans la cadre de la Journée nationale de l’audition portée par le JNA.

Associations :

Le Patch // Pôle des musiques actuelles en Picardie

URAPEDA Picardie Champagne Ardenne

JNA Association pour l’information et la prévention dans le domaine de l’audition

Permettre à des associations de se faire connaître auprès d’un public nouveau, d’intervenir sur un thème de manière complémentaire, de rencontrer des porteurs de projets en manque de compétences, sont des missions poursuivies par toute maison des associations. C’est ce qu’a permi le café citoyen du 11 mars dernier : les intervenant(e)s de l’URAPEDA et du Patch on sensibilisé à l’impact des sons dans notre quotidien.

Certes, il est important de fixer un seuil légal sonore (en discothèque, au travail,....), mais on s’aperçoit que la sensibilisation est prioritaire. Malgré le seuil légal fixé, une même personne supportera plus ou moins un son selon son état de fatigue, la distance prise avec l’apparail de diffusion,...

Une expériences faite dans une discothèque a été citée : quand, le niveau sonore fut diminué au fur et à mesure que la fin de soirée approchait, le public a manifesté son mécontentement. Ce mécontentement fut renouvelé le lendemain, alors que le niveau sonore, plus faible en début de soirée que la veille, fut augmenté en fin de soirée.

Sensibilisation et responsabilisation sont plus importantes que la législation. Preuve en est l’expérience de l’organisateur du Festival « Les bretelles s’en mêlent » à Amiens : « Nous avions convenu d’un volume de diffusion sonore faible pour ce festival convivial et intergénérationnel avec de nombreux enfants. A notre surprise, des personnes sont venues nous demander des bouchons d’oreilles ! Ce qui était raisonnable pour nous était fort pour eux ; c’est très subjectif ! ».

On ne reprendra plus cet organisateur, qui a appris, lors de ce café citoyen, que le Pôle des musiques actuelles en Picardie, met à disposition des organisateurs bouchons et casques pour les jeunes festivaliers. Le Patch propose aussi une sensilisation des artistes et du public, notamment à travers le spectacle Peace & Lobe, diffusé dans le cadre de la campagne AGI-SON en novembre.